NT_JdA

Extrait 2 (le 26/01/13):

 

Où Aurore a chaud, très chaud...

 

À présent, elle était certaine que les portes de l’Agora, le lieu de réunion des civils et des soldats en permission seraient fermées. Alors… Où se réfugier ? Pas dans la laverie. Elle devrait traverser tout le Téméraire, sans compter que si un incendie devait se déclarer, ce serait là… ou dans la sainte-barbe. Un instant, elle envisagea de revenir sur ses pas et d’attendre dans la cabine de Jason la fin des combats. La fuite de vapeur et l’état du couloir l’en dissuadèrent. Elle ne s’en était pas rendu compte sur le moment mais elle avait échappé de peu à la mort.

 

Où elle se dit qu'elle est dans la mouise...

elle vit des hommes courir dans sa direction. Elle ouvrit la bouche, prête à fournir une justification à sa présence en ces lieux lorsqu’elle se rendit compte qu’il ne s’agissait pas de soldats. Visages protégés par des masques à gaz, ils étaient vêtus de vêtements sombres qui ne ressemblaient en rien à des uniformes. Elle se figea, la bouche toujours ouverte.

Des pirates !

Où le désespoir est toujours de mise même avec le soutien du gentil Christopher...

 

Christopher se trouvait seul face aux pirates. Où se cachait Drew lorsqu’on avait besoin de lui ? songea Aurore avec désespoir.

 

Où Aurore est une jeune fille inventive...

 

Le soldat tentait d’éloigner la lame de la baïonnette de sa gorge mais, manifestement, il n’avait pas le dessus. Les deux autres bandits s’approchaient à leur tour. Ils devaient la considérer comme quantité négligeable et ils n’avaient pas tout à fait tort. Quelle menace pouvait-elle représenter ? Elle ne possédait même pas d’arme.

Des armes ?

Son regard se porta sur ses hottes de linges avant de revenir aux pirates.

 

Où Aurore passe à l'action et où l'on découvre qu'il y a un dieu pour les héroïnes téméraires...

 

Toujours sans se laisser le temps de réfléchir à ce qu’elle faisait, elle ramassa la baïonnette et la plaça entre eux, lame en avant. Une nouvelle vague d’explosion ébranla le bateau. Déséquilibrés, ils tombèrent tous, l’homme à terre roula dans le panier qui l’emprisonnait en battant des jambes. Aurore se débattit pour se redresser sans lâcher son arme avant de se rendre compte que son adversaire restait inerte. Il s’était assommé contre une vanne de régulation de la vapeur. Seul le dernier pirate restait en lice.

 

Où Aurore réinvente l'utilisation du fusil...

L’agresseur leva le poing, prêt à le frapper avec la lame qu’il tenait. Il n’en eut pas l’occasion. S’en servant comme d’un gourdin, Aurore venait d’abattre la crosse du fusil contre son crâne.


Extrait 1 (le 18/01/13):

 

Où l'on fait connaissance avec l'héroïne et le Téméraire...

 

      Si quelqu’un avait, un jour, prédit à Aurore à quel point sa vie allait changer, elle aurait sans doute éclaté de rire et passé son chemin en secouant la tête. Le jour où son existence devait basculer, elle se dirigeait vers le secteur des officiers, un lourd panier calé contre sa hanche et un autre sur le dos. Lorsqu’elle était petite, les parois des étroites coursives étaient recouvertes de fibres qui laissaient jouer des hologrammes censés représenter l’extérieur. Des images de cieux bleus ou étoilés, de soleils éclatants et de lunes d’albâtres avaient bercé son enfance. Ils avaient cessé d’émettre quelques années auparavant, juste avant l’épidémie. Depuis, ne restaient plus que des murs de métaux, vaguement rougeâtres aux tuyaux apparents. Une fredaine en tête, la jeune fille réussit à ne pas cogner son fardeau contre les obstacles. La force de l’habitude. Christopher et Drew se trouvaient de garde à l’entrée de la partie du Téméraire réservée aux soldats et aux officiers. Le premier l’accueillit avec un sourire éclatant, les mèches folles que même les instructeurs n’étaient pas parvenus à discipliner s’échappaient de sous son casque. Elle le lui rendit tout en affichant ne pas remarquer à quel point il semblait heureux de la voir.

[...] 

 

— Et veuillez cesser ces familiarités. Que dirait votre pauvre mère ? Vous agissez comme un mécréant !

À vrai dire, celle-ci se montrerait probablement ravie de les voir ainsi. Elle appréciait la jeune fille et réciproquement. À leurs côtés, Drew roula des yeux.

— Tu as fini de faire la roue ? lança-t-il à son ami.

Il se tourna vers Aurore.

— Identifiez-vous ?

Interloquée, elle le fixa en riant doucement avant de se rendre compte qu’il était sérieux.