Une histoire d'Ogre...

Publié le par Gaëlle K. Kempeneers

Hier, en partant me promener avec ma fille de trois ans, je lui raconte, chemin faisant, un conte de mon invention où le héros est un ogre, gentil et végétarien. Conte qu'elle a moyennement aimé : un ogre, c'est forcément méchant, voyons ! Ce qui ne l'a pas empêchée de me le réclamer deux fois de suite après la première audition... ;p

Rentrées à la maison, je me suis dit : "Je vais vite écrire ce que je lui ai raconté ! Ca fera une chouette petite histoire de deux pages avant d'aller dormir !"

Sauf que si j'en suis actuellement à deux pages, je n'en suis qu'au début de l'histoire ! Groumph, mon Ogre pas comme les autres a décidé de vivre sa vie et, pour le moment, est en train de se lamenter avec le loup de l'histoire (Oreille Qui Manque pour les intimes) sur leur mauvaise réputation injustifiée...

 

bref, j'en ai encore pour quelques pages et, ça, je ne m'y attendais pas ! Surtout que j'avais une autre histoire jeunesse en préparation dont la rédaction devait débuter en septembre et que j'ai un roman à terminer, moa !

 

Comme quoi! Lorsque Aliénor me réclamera encore des histoires, j'y réfléchirai à deux fois avant d'improviser !

 

 

Il y a bien longtemps, vivait un Ogre dans un pays très, très lointain. Il habitait un immense château planté au sommet de la plus haute des montagnes du comté. Il portait un immense couvre-chef à larges bords et des bottes de sept lieues.

Lorsqu’il s’ennuyait, tout seul dans son immense demeure vide, il descendait dans la vallée. Aussitôt, c’était la panique. Les mères cachaient leurs bébés, les fermiers rentraient leur bétail et les hommes sortaient leurs fourches.

Va-t-en ! lui criaient-ils. Personne ne veut de toi, ici !

Malheureux, il repartait dans sa montagne. Les autres Ogres ne voulaient pas non plus de sa compagnie. Il ne mangeait pas les vaches dans les champs et, encore moins, les enfants. Quelle honte ! Ils se moquaient de lui et il rentrait chez lui encore plus solitaire et malheureux que d’habitude.

Il n’enlevait pas les garnements désobéissants dans son grand chapeau et n’aimait pas la viande fraîche et saignante. A vrai dire, il se délectait plutôt des fruits délicieux qu’il cueillait dans les arbres et les buissons et cuisinait de délicieuses poêlées de légumes.

Quel malheur d’être né Ogre, lorsqu’on était végétarien et gentil !

 

Bonne lecture !

Publié dans Autres romans

Commenter cet article